Est-ce cela une famille ?

Après cette journée « déchirure », plus rien n’a été simple et c’est encore ma réalité aujourd’hui. Plus tard, on retrouve notre papa (Bah), surpris il nous questionne et mon frère ainé répond tout simplement que maman nous a chassés. Évidemment, il n’est pas rentré dans les détails que sa belle-mère, la femme du Ministre, avait demandé de mettre la marmaille à la porte ! Mon frère lui a expliqué ce qui s’est passé, et mon père est resté muet… Un mois plus tard, ma mère découvre qu’elle était enceinte, mon père allait encore une fois être papa. Cela ne changea rien à la situation, ma mère ne revint pas à la maison ; surtout, que papa se remariera avec sa cousine quelques mois plus tard. Ma mère était choquée. En dépit de sa grossesse, « l’amour de sa vie » s’unissait à une autre femme. Maman mit au monde un adorable petit bonhomme « Boukharri ». Finalement, elle se remarie à un homme en apparence gentil. Cependant, il était en fait ce qu’on appelle « un secteur » (il appartenait à une sorte de secte à laquelle il vendait ses femmes, qui rapidement perdaient leur raison et finissaient par disparaître). Mais, je ne préfère pas me prononcer là-dessus, tout ce que je sais c’est que maman est devenue mentalement instable, ne s’en est pas vraiment remise, on a essayé les soins traditionnels et la « istihara » (prière islamique pour les malades). Elle a finalement été internée et suivie par un psychologue, mais sans résultats probants. Jusqu’à aujourd’hui elle n’est plus la femme qu’elle était. On n’est jamais revenu à notre vie d’avant, notre nouvelle belle-mère ne nous aime pas et mon père n’a plus jamais été le même. On a bien essayé de créer une sorte de relation avec ma nouvelle belle-mère, sans grands succès. Toujours beaucoup de frictions, de heurts pour des riens. Et avec maman, c’est encore pire, elle a perdu la raison en grande partie et la vie est dure.

Le divorce de mes parents m’a brisé, je pensais alors que c’était le pire, mais quand elle a perdu la raison, et que jamais plus, j’ai retrouvé la maman que j’aimais tant, j’en ai souffert deux fois plus. J’étais en rage contre la vie, je rendais tout le monde responsable de son état mental… Mais, je me suis rendu compte que tout cela m’avait changée, j’étais devenue plus forte !

Durant toutes ces années, ma vie a été un tiraillement continuel essentiellement pour trouver les moyens de mon indépendance ! Beaucoup de hauts et de bas, mais j’avance, je persévère. La même sensation que celle qui a émergé de ma rage contre la vie s’est pérennisée, je deviens plus forte, mais sans perdre ma féminité, l’amour envers mes frères et sœurs, et la reconnaissance pour ce qui m’est offert en contrepartie de mes efforts et de ma détermination. Je suis fière de moi.

Ma mère a beaucoup souffert, et dû à son état mental, elle est restée seule, isolée ; elle a lâché prise, ses amis, sa famille, son ex-mari, tous l’ont abandonnée. Elle ne travaille pas, elle mendie ou quémande de l’argent pour pouvoir manger, j’essaie de lui en donner au maximum de mes moyens, somme toute assez maigres aussi ! Elle mérite tellement mieux que cela, une de mes motivations dans la poursuite de mes études, mon saut vers Vancouver est, si Dieu le veut, de pouvoir donner à la femme qui m’a donné la vie tout ce qu’elle n’a pas pu avoir. Je veux lui essuyer les larmes, lui donner de l’amour et lui rendre la vie plus facile. C’est pour moi une forte motivation.

Elle sait que des gens m’aident pour que je puisse poursuivre mes études, pour que je puisse me loger et manger. Quand je reçois du soutien de papacan, je lui en réserve une partie, elle le sait ! Elle demande souvent des nouvelles de papacan et du Canada. Je sens que cela lui donne des graines de bonheur de voir que j’avance dans la vie contre vents et marées et que je suis centrée sur la réussite. Je pense aussi qu’elle est fière de me ressentir tellement motivée par mon indépendance. Maman chérie, je ne te décevrais pas, je vais réussir pour moi, mais aussi pour toi ! Je t’aime.

(Troisième épisode à suivre)

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.